UA-66052418-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/03/2012

LES LITRES DE LA NATION (Chanson live acoustique à la maison par Francois Ville)

http://francoisville.free.fr/photos/les%20litres%20de%20la%20nation%20-%20francois%20ville%20500%203241.jpg
C'est ma dernière chanson en ligne :
 
Salut ! J'espère vous voir nombreux à mon 122ème concert, le 21 avril à la MJC de Noisiel (34 cours des roches 77186) à 18h30. C'est le festival Zikomobile avec plein d'autres artistes : http://www.myspace.com/events/View/12262967/zikomobile77/Zikomobile Par ailleurs après "Fini les connes", c'est au tour de ma chanson "Génération bof..." d'être diffusée sur La Grosse Radio : http://www.lagrosseradio.com/artistes/francois-ville/ Merci à vous qui m'avez permis d'obtenir les 70% de votes "pour" nécessaires ! Voici ma nouvelle vidéo de chanson en live acoustique à la maison : Les litres de la nation Assez lassé de savoir enlacés, L'amour de sa vie et son fourbe amant, Il fuit fourbu la vue de ces forbans, Et le fourbi crasseux de ses pensées. Et puis comme une fleur il se retrouve En ce lieu où les bleus à l'âme brillent, Où les traîne-misères en légions quillent : Un café où l'ami alcool vous couve. Il gueule alors "On va boir' c' qu'on va boire, Il n'est que temps de se mettre au goulot !" Piteuse idée en ce miteux bistrot, Mais il fait avec les moyens du bar. Sans déçu de saoul en guise d'ami, Sa nuit serait semblable à un lit vide, Mais quelques visages se tournent avides, Blêmes et trop heureux d'une compagnie. Hors du temps dans cet auguste cénacle, Il n'est plus question de demi-mesures, Les litres de la nation, les obscures Fraternisent avec lui et son spectacle. Accaparés au cabaret, minables, Farcis à chanter pourtant ils l'écoutent, Si bien que notre héros en rajoute Dans sa folle fable de faible affable. Paré et apparut tel un para Dans cet endroit pour abattre sa peine, De tèques en archi-tèques plus que pleines Il se bâti un moral d'apparat. Mais s'enfuit le temps revient la tristesse, Les problèmes sensibles de diction, L'addiction et puis les contradictions, L'abominable versant de l'ivresse. Il voit sa femme à lunettes, incendiaire Chaque fois qu'il ferme ses yeux en feu, Et notre homme valeureux malheureux Noie la table de ses larmes grossières. Fermeture du rade et hébétude, L'instant est venu de mettre les voiles, Soupirs sous d'indifférentes étoiles, Il est saoul pire qu'à son habitude. A son tour niqué, tout tourne et l'écoeure, Mais de dépit en débit il avance, Rotant peinard son pinard sa souffrance Dans la ville où lentement les rues meurent. Affalé, avalée l'ultime goutte, Dernière lampée, dernière rasade, Il rentre et se couche pataud, malade, Son ventre adipeux en grande déroute. Le fait du logis bruyamment s'endort, Pour des rencontres du troisième trip, Cela vaut bien mieux qu'un ego sans tripes, Il s'est bien battu pour ce réconfort...////....
Lien vers l'oeuvre : https://www.facebook.com/video/video.php?v=10150620328508021

Pour recevoir cette oeuvre en HD + divers goodies + une chanson live (via webcam), rien de plus simple faites un don du montant que vous voulez (avec Paypal) en cliquant ici !
A bientôt,
Amicalement,
François Ville  
 
P.S. Concerts : j'adore jouer (déjà plus de 121 représentations) mais je n'ai pas le temps de démarcher... Je propose donc la moitié de mon cachet à qui me trouve une date.
 
Radios : plus de 100 dans le monde (USA, Australie, Canada, Grèce, Pologne, Japon,...) ont déjà diffusé mes chansons.
 
Téléchargement : 90 titres au prix d'un album sur vos plateformes préférées : http://francoisville.zimbalam.com/

Les commentaires sont fermés.